Le Mot du Maire

daniele guillaume

Tel que je l’ai récemment vérifié, l’indignation suscite souvent la prise de conscience. Lors d’une intervention auprès des écoliers, j’ai trouvé des enfants choqués par le vol de grilles de clôture de leur école. J’ai dû leur expliquer qu’au bout du compte, c’étaient leurs parents contribuables qui paieraient la note.

Ce vol n’est hélas qu’une exaction de plus.
L’été a été chaud à Véretz, et pas seulement en température : place des Droits de l’Homme, les nuits ont été agitées ; à la Pidellerie et dans le parc de la Gagnerie, des feux de barbecues ont brûlé jusqu’au matin au risque de se propager ; une cinquantaine de caravanes s’est installée sur le terrain du futur supermarché, entraînant des dégradations et des intrusions sur les propriétés voisines ; avant même d’être inauguré, le nouvel Espace Jeunes a vu ses fenêtres brisées... Sans oublier les poubelles incendiées, les rodéos à motos, les jets d’oeufs et de pierres sur les façades.

Que faire ? Plusieurs plaintes ont été déposées et des procès-verbaux ont été dressés. Le policier municipal multiplie les interventions. Je suis allée à la rencontre de jeunes et leur ai suggéré de venir en mairie réfléchir à des solutions - proposition pour l’instant sans suite.

Certes, les communes voisines connaissent les mêmes difficultés. Piètre consolation !
On peut espérer que cette poussée incivile sera passagère, liée à l’oisiveté des vacances. Mais ces agissements nuisent aux efforts faits pour améliorer notre cadre de vie, dont témoignent les articles de ce magazine.

Car le coût de ces exactions est lourd. On l’estime, pour l’année 2019, à 19 000 €. Autant d’argent perdu pour les investissements de la collectivité.